JORIS FRIGERIO

DIRECTION ARTISTIQUE – ÉCRITURE – MISE EN SCÈNE

« Je fais souvent le même rêve. Je vis dans un théâtre dans lequel se jouent en permanence des spectacles. Je peux les observer au loin et sentir l’émotion des spectateurs, entendre les rires et les applaudissements…
C’est dire à quel point je suis attaché à ce lieu, son ambiance et ses artifices. On peut dire que je suis tombé dedans quand j’étais petit.

Le cirque m’a fait rêver dès l’enfance. J’imitais, à la plage ou dans le salon familial, les performances des artistes vus au festival de Monte-Carlo. Mais c’est à 17 ans que la révélation a lieu. Le soir d’une représentation de James Thierrée sur le grand plateau du TNN. Je découvre alors une forme que je n’avais encore jamais vue. Devant mes yeux étaient réunies deux de mes passions, le théâtre et le cirque, en une seule entité artistique. Tout me semble clair et je décide de devenir créateur de cirque actuel.
Je me suis alors lancé à corps perdu dans la pratique du mains à mains qui était, pour moi, une des disciplines royales de l’acrobatie. En suivant un cursus de professionnalisation dédié à cette pratique et en intégrant le CNAC, je me suis senti plus que jamais à ma place…
À présent, j’utilise le cirque comme un outil. Outil que j’aime par-dessus tout. Populaire par essence, c’est le vecteur parfait pour parler aux adultes et aux enfants en même temps.
Je l’entremêle souvent aux témoignages, au documentaire. L’expérience avec Guy Alloucherie, en prenant part à ses « Veillées » et à son spectacle « Les Atomics » m’a donné envie d’aller interroger les gens, de faire de l’intime, d’allier le cirque au documentaire. Cette envie ne m’a plus quitté et elle devient de plus en plus forte avec le temps. Les rencontres que je fais sont de réelles sources d’inspiration. Quand quelqu’un m’interpelle, par ce qu’il pense, ce qu’il vit, cela éveille ma curiosité. Avec le témoignage, je me sens comme un chercheur d’or. Je suis en quête d’authenticité, de vérité individuelle, de ce qu’il y a de meilleur en chacun. C’est aussi comme cela que je choisis les artistes qui participeront aux créations. Leurs qualités artistiques sont aussi importantes que leurs qualités humaines, relationnelles. Nous devons être connectés pour qu’ils puissent devenir des personnages de l’univers de la Compagnie tout en restant fidèles à qui ils sont.

À ces deux passions, s’ajoute un amour pour le cinéma. Inconditionnel des grands du muet tels que Chaplin et Buster Keaton. Ces premiers « circassiens » traitaient avec humour des sujets des plus sérieux en émerveillant petits et grands grâce à leur corps, à leur jeu. Il y a aussi le cinéma des magiciens des années 50, notamment celui de Franck Capra, Billy Wilder mais aussi des cinéastes plus récents comme Win Wenders. L’émotion qui se dégage de ces œuvres devenues des classiques me fascine. Elles inspirent mon travail et nourrissent, en toile de fond, les spectacles de la Compagnie.

Je crois que si je crée des pièces, c’est en premier lieu pour me rassurer sur la nature humaine. »

Parcours de professionnalisation

2004 – “Arc en Cirque” Centre Régional du Cirque de Chambéry
2005 – École Nationale des Arts du Cirque de Rosny-sous-Bois (ENACR)
2006 – Centre National des Arts du Cirque à Châlons-en-Champagne (CNAC) // 21ème promotion
2019 – Formation du CNAC à la Dramaturgie Circassienne

ut ipsum elit. Phasellus nec sit efficitur.